les activités essentielles dans l'accueil, ça me parle.


voici ma chauffeuse qui a été convertie en trampoline, puis en toboggan. sans plus aucun scrupule je les laisse jouer  car ils adorent ça et je suis dédouanée par les conseils de Laurence Rameau dans son livre l'itinérance ludique que je viens de lire. Elle dit que ce qui est indispensable dans une crèche, c'est en premier que les enfants aient du matériel pour se dépenser physiquement, dont des matelas, durs et mous pour comparer.
en deux c'est la manipulation, soit de matières y compris qui tâchent et salissent, ainsi que les objets de récup' à transvaser, trier.

tout le reste est bien entendu possible, mais pas indispensable.

ce livre fait partie de mes indispensables professionnellement. c'est fou comme il est bien pensé. c'est un condensé de la vraie vie, beaucoup de points que je connais mais surtout d'autres que je ne connaissais pas, et encore d'autres que je n'avais pas encore identifiés.

ça me fait un bien fou de lire des textes de pros qui m'assoient dans ma fonction, une fois que je les ai lus je sais que je peux foncer, ils ont assuré mes arrières, j'ai de quoi argumenter auprès des parents s'ils émettaient la moindre interrogation.

cette chauffeuse je l'avais achetée d'occasion pour une autre maison en montagne, mais depuis que les enfants l'ont vue ils se la sont accaparée au point que ça devient même trop. du coup je l'ai gardée malgré la place qu'elle me prend.

donc, j'ai bien fait. ils peuvent la replier, se faire un tunnel, en mettant un coussin dessous ça leur fait un plan incliné, et ils sautent depuis la table basse...

avec le jeu de construction nous avons fait une petite et une grande savonnette ! mais si, nous nous sommes lavés les mains dessus dessous entre les doigts bien frotté. et ensuite nous avons  représenté le papa, la maman, le grand frêre, et l'enfant.

du coup voici en commençant par la gauche Patrice, Julien et Flavien,
Marianne, Jessica et Sandra
Lucas ou Matthias. (merci Marianne).

je décide de faire les papas plus hauts que les mamans, comme par hasard.